samedi 1 mars 2014

Petit retour en arrière,lorsque j'étais jeune je n'étais pas très gros,aussi face au cimetière de Lannilis il y avait un champ protégé par un haut mur,au bas de celui ci un trou carré de 35 cm environ de cotés,je passais par ce trou,choisissais les plus belles pommes et les jetais par dessus le mur,ma sœur et mon cousin les ramassaient,puis nous les mangions(je dois préciser qu'à l'époque les dates des vacances étaient fixées pour toute la France,ce qui n'est plus le cas)(est-ce afin que les locations d'été comme hiver permettent d’être occupées pendant 2 mois??????) Toujours est-il que si cela avait été valable lors de ma jeunesse, demeurant à Paris je n'aurais pu voir ma famille demeurant en Bretagne que pendant 1 mois d'été,pour les vacances dites d'hiver ou printemps impossibilité de se revoir...

 Un jour à Lannilis,avec ma sœur et notre cousin nous sommes allés dans un champ ou il y avait un tas de foin en forme de maison.Nous sommes entrés dans le champ et amusés dans le foin.A la fin de nos"batailles"le foin était étalé,nous rentrions à la maison,accompagnant le cousin chez lui nous vîmes son père détacher son ceinturon,ma sœur et moi sommes partis.......le lendemain on apprit que le propriétaire du champ était allé directement chez notre oncle raconter notre exploit,d’où la trempe que prit le cousin..

 A l'Aber wrac,h nous étions sur une plage près d'un blockhaus,le sentier longeant cette plage comportait une cote assez forte,nous mangions lorsque nous entendîmes un cycliste descendant la cote en chantant,je dis"voilà le facteur planquez vous" j'ai du lui porter malheur,nous le vîmes arriver à toute allure,rater le petit virage et tomber sur les rochers,mes parents se précipitèrent afin de l'aider à se relever,à part quelques égratignures il était en bon état,mon père lui donna un verre de vin,puis nous avons récupéré son vélo très abimé,il repartit terminer sa tournée à pied trainant son vélo...... Le lendemain lorsqu'il nous apporta le courrier à pied,mes parents lui demandent comment il allait il répondit"ce n'est pas demain que je reprendrais ce sentier,je resterais sur la route"...

 Lors des vacances à l'Aber Wrach mon père et moi allions pêcher sur la cale du bateau de sauvetage. Cela faisait une semaine qu'une roussette trainait sur le port,tout le monde jouait avec,un midi n'ayant rien pêche mon père prit la roussette et,arrivés à notre location le voisin voyant l'animal dit"quelle belle prise" mon père lui dit "nous ne mangeons pas cette prise,vous la voulez?" il accepta.Mon père me dit"il faut lui avouer cette blague".Le soir en allant jeter les détritus je vois la peau de la roussette,je frappe chez le voisin pour le mettre en garde,il me répondit"ce midi nous nous sommes régalés avec la roussette"......

 Un jour nous étions sur une plage,soudain un cri d'animal,mon père me dit" c'est un lapin,le chien sauvage a du l'attraper,vas y tente de récupérer le lapin je pris un gros morceau de bois,et partis dans le champ,le chien dut avoir aussi peur de moi et se sauva, je ramenais le lapin que nous avons mangé le lendemain.....

 Lors de chaque fête à Lannilis avec défilé un homme de petite taille avec casquette marchait fièrement en tête casquette sur la tête tel un sergent major tout le monde l'encourageait "bravo René",il en était fier... Il a fallu qu en 2007 qu'accompagnés de mon cousin , ma femme et moi sommes allés voir la dernière tante en vie et avons parlé des belles journées passées à Lannilis,notamment les fêtes,lorsque nous avons parlé des défilés avec René marchant fièrement en tête ,la tante nous dit"ne vous moquez pas de lui,voilà ce qu'il lui est arrivé";"un jour avec ses parents, frères et sœurs, ils sont partis en mer dans une barque,une lame de fond fit chavirer la barque,René fut le seul survivant,il a perdu la raison et fut placé chez les sœurs"
cette révélation nous fit regretter les moqueries le concernant....

 Une année nous étions en location en Bretagne, le propriétaire allait pêcher les crevettes la nuit,un jour il faisait très chaud,je dis à la propriétaire"j'irais bien avec votre mari pêcher cette nuit,elle s'empressa de le lui dire,le soir nous dinions lorsqu'il se mit à pleuvoir à seau,à 21h je dis à mon fils"va prévenir le proprio que je souffre d'une rage de dents et que je ne puis aller à la pêche ce soir.Il revint en riant et me dit"il a appelé son dentiste qui t'attend maintenant"je me suis donc rendu au cabinet du dentiste et lui dis"j'ai avalé 6 aspirines,arracher la dent serait dangereux"d'accord avec moi il reporta l'extraction, et à mon retour à la maison tout le monde m'attendait sur le seuil en riant, j'avais rendez vous le lendemain......je ne suis pas allé au rendez vous en expliquant au dentiste que je devais rentrer d'urgence à Paris...

 Retour en région parisienne,un jour j'avais gagné au tiercé,je dis à ma femme"comme il y a ce soir un chanteur que nous aimons qui animera le carnaval,nous irons au resto" Le soir venu nous étions assis à la terrasse du resto,une fois le repas terminé j'appelle la serveuse afin de payer l'addition,elle est passée près de notre table,je l'ai interpellée 5 ou 6 fois sans réponse de sa part,dinant à une table près de nous un homme âgé nous dit"si j'avais votre age je serais parti depuis longtemps puisqu'elle ne répond pas"je lui dis"vous êtes sérieux?" comme il acquiesça nous partîmes voir le spectacle. Le lendemain matin je suis allé boire un café dans le restaurant pour m'excuser,apparemment la patronne ne me reconnut pas,j'ai bu un café,l'ai payé et suis parti...

 Lors de ma jeunesse à 6 ou 7ans,à Paris18e, je demeurais à l'étage;passage Charles Albert,chaque année 2 hommes y habitant barraient les entrées du passage,jouaient de l’accordéon et tous les habitants descendaient et nous chantions et dansions,c'était la"fête des voisins avant l'heure"...

 Ma grand-mère logeait au rez de chaussée,tous les jours un vieil abbé se rendait dans un hôpital afin de visiter les malades,il s’arrêtait toujours pour saluer ma grand mère,laquelle lui offrait un café,et à chaque fois je leur disais"quand allez vous vous marier?"ils prenaient bien la plaisanterie. C'était un gentil abbé qui avait toujours des bonbons dans les poches de sa soutane,tous les gosses du quartier(moi y compris) lui disaient"bonjour monsieur l'abbé C....." et il nous donnait des bonbons. Nous logions à 5 dans le petit logement de 2 pièces du passage cité plus haut; ne comportait ni eau ni électricité,pour toute lumière 1 manchon alimenté au gaz dans la" cuisine salle à manger",je dormais dans un lit cage avec mon frère,mes parents et ma sœur dans la 2ème pièce,pour les WC il fallait descendre au rez de chaussée ,un matin j'étais aux WC dans le noir(faute d'électricité) un homme entra et ne me pissa dessus,j'ai crié,il partit en riant,j'en étais quitte pour monter chercher des vêtements et me rendre aux douches municipales....

 Un jour, avec un copain, nous sommes allés pêcher sur l'ile Saint Denis,assis nous guettions nos lignes en discutant,lorsque 2 gars sont arrivés ,nous demandèrent ce que nous faisions là,ils jetèrent nos cannes à pèche dans la seine,l'un d'eux allait précipiter mon ami dans la seine lorsque son copain lui dit d’arrêter et,en me montrant "ne fais pas le c.. celui là va à la même école que moi"puis me dit"ne parle pas de cela à l'école,excuse nous"..

 Comme beaucoup j'ai fait la"fête",un soir avec 3 copains nous avons entrainé dans un bar belge le serveur du café ou nous allions tous les jours,nous avons bu des bières rouges,après avoir bien bu,nous avons descendu à 4 pattes, en chantant, au milieu de l'avenue qui relie la place Clichy à la porte de saint-ouen.Le lendemain lorsque nous nous sommes retrouvés à notre bar,le serveur n'était pas là,et la patronne nous dit"qu'avez vous fait de Mimille ,il est 11heure et il n'est pas là"nous avons répondu"nous ne savons ou il est" ce à quoi elle nous dit "cette nuit je vous ais entendu hurler des chansons de corps de garde,je me suis levée et vous ais vus avec Mimille...,vous n’êtes pas frais et je pense qu'il est dans le même état",elle refusa de nous servir...

jeudi 30 janvier 2014

2

retour en Bretagne suite
 Un jour je pêchais à la ligne accompagné de mon fils, sur la cale du bateau de sauvetage,laquelle est construite sur des piliers .Une fille qui pratiquait de la planche à voile venait près de la cale,je lui demandais poliment de ne pas venir si près,afin que ma ligne ne soit pas cassée par la planche,elle ne tint pas compte de mes conseils,et revenait.. pour me narguer?de rage je changeais l'hameçon et le plomb de taille plus gros et lançais la ligne,l'hameçon s'accrocha à la voile,je moulinais amenant la planche près de la cale,la fille criait,et prit pied sur la cale.Je lui conseillais de ne pas marcher au centre de ladite cale sachant que les trous percés pour protéger la cale des vagues comportaient un croisillon en fer,lesdits croisillons au bas de la cale étaient rongés par la mer,elle ne m'écoutas pas,et soudain poussa un hurlement,sa jambe étant passée dans un de ces trous,mon fils et moi étions morts de rire,au bout d'un moment Je l'aidais à sortir la jambe lacérée par les ferrailles,et lui conseillais d'aller se faire soigner,et à l'avenir d'écouter les conseils donnés concernant l'accès sur la cale...

 Une autre fois accompagné de mon fils nous sommes allés pêcher dans un étang,ce dernier, voulant mettre sa ligne plus loin du bord,monta sur une souche d'arbre qui sortait de l'eau,au bout d'un moment celle ci bascula et mon fils se retrouva dans l'eau,afin de sécher son jean nous avons mis ledit pantalon sur une corde sous laquelle nous allumions un feu,au bout d'un certain temps alertés par les autres pêcheurs qui riaient, on se retourna et vîmes le pantalon qui brulait Il en était quitte pour repartir en"short"...

 Plus tard je suis allé à Vichy m'occuper de l'appartement de mon fils parti en vacances,l'appartement donnait sur un jardin avec un fil pour étendre le linge,un jour allant dans le jardin je vis sur le fil les slips de la voisine avec qui nous plaisantions,je pris les slips,au bout d'un certain temps j'entends la voisine crier"daniel viens voir,ils ont du passer par dessus le mur qui clôture le fond du jardin et m'ont volé les affaires qui séchaient" j'ai éclaté de rire et ne lui ais rendu son linge,on a bien rit,pour me faire pardonner je l'ai invitée à venir avec mon épouse au restaurant.Depuis je lui téléphone régulièrement,nous parlons de nos souvenirs et en rions ...

 Un jour nous sommes allés avec cette amie visiter Thiers,au bord de la route nous vîmes une petite fromagerie,sur le retour nous nous y sommes arrêtés et avons demandé un morceau de brie ma femme et notre amie sont passées dans l'arrière boutique avec la crémière me laissant seul,je vis des petits fromages et pensant qu'il s'agissait d'échantillons les mis dans mes poches.Arrivés à la maison nous avons diné dans le"jardin",lorsque j'ai sorti les"échantillons de fromage",ma femme et l'amie me demandaient d’où je sortais ça,lorsque je leur ais expliqué croyant que c'était des échantillons de fromages,l'amie me dit"tu es fou ce sont des petits fromages du pays"ce qui ne les a pas empêché de les manger..

 Cela faisais 3 ans que nous passions nos vacances à Vichy il y a un grand parc comprenant un grand lac alimenté par un affluant de l'allier,lors que nous y allions, mon épouse accompagnée de la voisine allaient se promener dans les allées du parc,moi je pêchais un jour un garde me dit"il est interdit de pêcher ici"ce à quoi je lui répondis"ça fait 3 ans que je viens ici,on ne m'a jamais signalé cette interdiction" sur ce je remballais mon matériel et,les jours suivant,avec mon épouse nous allions dans un village comprenant un étang avec une cabane en bois et des sièges.Cela faisait 1 an que nous y allions,un jour un jeune homme se présente"je suis le gardien de ce lieu montrez moi le reçu remis lors du paiement du permis de pêche" je répondis "voilà mon permis de pêche pour cette année il me dit"c'est privé vous devez régler au bureau de tabac du village" je lui dis que je l'ignorais,et comme il faisait chaud lui proposais de boire un coup,en buvant nous avons discuté,et lorsque je lui ai dit que mon jeune fils jouait du hard-rock il m'a déclaré"vous pouvez venir pêcher gratos" je l'ai remercié,et chaque fois qu'il passait nous buvions un verre en déconnant...

 Une année toujours à Vichy il y avait un spectacle de strip-tease masculin,la voisine voulait aller les voir et nous entraina,le spectacle terminé nous rentrions à la maison lorsqu'elle eut envie d'uriner,elle ne trouva rien de mieux que baisser sa culotte et pisser au milieu de la rue,...lorsque je lui téléphone elle ne manque pas de parler de cette soirée...

 On dit toujours que les auvergnats sont radins,lors de la fin de notre séjour à Vichy je suis allé chez le maraicher ou nous avions l'habitude d'effectuer nos achats de légumes,j'achetais des provisions et dis au commerçant "fin des vacances,je vais ramener de bons légumes à Paris",il me servit copieusement,et lorsque je voulus payer il refusa et me dit"c'est gratuit, ainsi vous ne direz pas "pour un auvergnat un sou c'est un sou,mais un "choux c'est un choux"je l'ai remercié..........

retour au pays suite

Lorsque je me suis marié,ne trouvant pas de logement nous vivions chez mes beaux parents qui avaient un chien;un soir rentrant du travail j'ouvre le frigo et vois une boite,l'ouvris et mangeais le pâté avec du pain.Mon beau père rentra, et il nous dit"ou est passée la boite de pâté du chien?"Je fus étonné,sortis la boite vide de la poubelle et lui demandais"c'est ça que vous cherchez?" il me dit bien sur,je réponds"je pensais que c'était du pâté de campagne,je l'ai mangé" Il n'a pas apprécié et je n'ai pas été malade .......

 La cousine de ma femme et son mari(un bon copain) étaient gardiens à S.... G......,une année désirant partir en vacances ils nous demandèrent si nous pouvions les remplacer pendant 1 mois,ayant accepté nous avons pris leur place,c'était 2 immeubles séparés par un immense terrain couvert de pelouses et fleurs,interdiction de jouer ou marcher sur ces pelouses
La loge comprenait une petite pièce d'accueil ,1 cuisine,1salle à manger et une chambre, Avant de prendre la route ils nous dirent"tous les habitants sont des huiles dans le pétrole,c'est pourquoi nous vous avons choisi"....

 Un soir je fumais ma cigarette assis sur la pelouse,j’aperçois un couple se tenant par la main, l'homme me dit"la pelouse n'est pas interdite pour tout le monde" ce à quoi je réponds" ce n'est pas mes 50 kilos qui vont l'abimer" il réplique"je plaisantais",nous avons sympathisé.
 Cela faisait 15 jours que nous étions installés ,un soir ce couple arriva l'homme avait passé son bras autour des épaules de la femme, de la main il me fit signe de me taire,cela m'étonna,je compris qu'il ne s'agissait pas de sa femme,je dis "bonsoir m'sieu dame bonne soirée" Le lendemain en sortant les containers d'ordures je trouve une bouteille de bon vin avec un petit mot"merci pour hier soir"....

 Un jour m'a femme m'appelle au boulot"viens vite,il y a un rôdeur,avec Philippe qui est petit j'ai peur"j’ai quitté mon boulot et dès mon arrivée fais une ronde armé d'un gourdin dans les appartements du rez de chaussée ou habitent les"employés de maison" ,voyant une porte ouverte j'appelle"il y a quelqu’un?" pas de réponse,j'entre et dans la chambre vois une femme allongée sur un lit, je lui conseille de fermer la porte,elle sourit et m'invite à fermer la porte en partant j'étais en pétard et lui dis de le faire derrière moi sinon j'appelle tes patrons,elle rit de plus belle et m'invite à la rejoindre sur le lit....Qu'auriez vous fait à ma place........
Ce fut une bonne et douce  journée...............................................

 Un dimanche nous avons invité des amis,après avoir déjeuné nous sommes allés à une fête,il y avait peu de monde,j'entends derrière moi une femme qui crie"encore un gagnant"je me retourne et elle me dit"vous avez gagné choisissez le lot que vous voulez"j'ai laissé mon épouse choisir,elle a choisi une lampe comportant la copie d'un tableau de Fragonard,lorsque je regarde cette lampe je pense à elle et me dis"qu'elle aurait été heureuse ici en Bretagne"......

 La fin du mois approche lorsque les gendarmes sonnent à la loge et m'annoncent que les cousins ont eu un accident mon copain est décédé et la cousine blessée.J'ai appelé le gérant des immeubles afin de lui dire la triste nouvelle,et il nous proposa de les remplacer,nous avons refusé,étant employé depuis 26ans dans un emploi ou ayant débuté en1956 au bas de l'échelle j'étais cadre avec un salaire me convenant et une bonne retraite en fin de carrière,mon épouse ayant cessé toute activité pour élever nos 3 enfants...

 Lorsque plus jeunes nous allions au cinéma l'un d'entre nous payait son entrée,et lorsque la lumière s'éteignait,il allait à quatre pattes ouvrir la porte de la sortie de secours par ou, à 4 pattes, nous entrions,à la fin de la séance nous donnions à celui qui avait payé l'entrée notre part..
Un jour nous attendions l'ouverture d'un cinéma,nous chahutions et l'un de nous donna  un coup de coude dans la vitre de la cabine d'un marchand de billets de tombola,nous allions chez un commerçant lorsque le patron du cinéma nous appela et nous demanda ou nous allions,on lui dit
" nous allions chez un commerçant afin que soit réparée la vitre",le patron nous dit"laissez ça,je vais faire le nécessaire et pour avoir eu cette attention vous viendrez gratuitement au cinéma pendant 1 mois"    

 En ce jour de Noël je pense à ma mère décédée le 25décembre 2001,ce qui me rappelle sa gentillesse,tous les jours je lui téléphonais afin de savoir si elle avait des courses à faire,dans l'affirmative je prenais ma voiture afin de l'emmener faire ses achats,souvent elle voulait aller au cimetière de Pantin dans le 93 ou désormais elle repose avec mon père ainsi que ma Grand Mère maternelle,nous y allions en voiture... Elle n'était pas comme ceux qui attendent la Toussaint pour honorer leurs morts....

 Petit retour de l'époque ou je travaillais,dans mes attributions il y avait les commandes de matériel lors d'une commande je voulais des post-it j'en commandais 1 million, le responsable des magasins donna mon bon de commande à un employé,et 3 jours après on me livra 2 caisses en bois avec à l'intérieur 1 million de blocs de post-it,ma chef me dit que va-t-on faire de tout ça,je sortis du bureau et criais"ceux qui veulent des post-it vont chez la taulière",ce fut la ruée,évidemment je me suis servi...cela fait 15 ans que je suis retraité et en utilise toujours pour faire mes courses.A noter que la direction n'a pas téléphoné afin de connaitre le motif de cette grosse commande.....

 Alors qu'un soir je relevais les stores,l'un d'eux ne voulait pas fonctionner je pris un couteau et coupais la corde,le store descendit en cassant une grande vitre,j'entendis la chef qui était en ligne avec la direction; dire "monsieur le directeur c'est le câble d'une fenêtre qui a cédé,  il ne reste plus qu'à envoyer un ouvrier pour remplacer la vitre,nous ne pouvons partir en laissant la fenêtre ouverte,tout le monde peut entrer" elle me demanda de rester attendre l'ouvrier,Je lui dis"j'ai rendez vous chez le toubib,désolé passez une bonne soirée" puis suis parti.Le lendemain elle me dit qu'elle n'avait pas apprécié d'avoir attendu jusqu'à20h l'ouvrier,je répondis"dorénavant je ne m'occupe plus des fermetures" et allais saluer mes collègues..

 Un jour alors que j'étais retraité depuis 2 ans une ancienne collègue me téléphone"Daniel quelle connerie as tu fait encore M... est en garde à vue au commissariat de Villeneuve?" je lui dis je vais aller chez les flics.Arrivé au commissariat je demande le motif qui a entrainé la mise en cellule de Mme... réponse "elle est raciste" ce à quoi je dis"qui vous a dit ça?"l'agent me dit"c'est M....qui est venue porter plainte" je dis "cette personne ne cesse d'accuser tout le monde,toute la ville le sait" veuillez libérer M...car s'il y a un raciste c'est moi"(ce qui est faux)Le policier libéra Mme..qui en larme,son soutien gorge à la main,me dit "ils m'ont dit de le retirer de crainte que je me pende avec",je lui dis"je ne pense pas que le tissus vous aurait supporté"ce à quoi elle me dit "il faut vous connaitre avec votre humour, merci pour votre intervention,vous pouvez rentrer chez vous" je lui répondis "j'ai tout mon temps" .... j'ai attendu l'arrivée de son mari pour la quitter,vu son état je craignais le pire...

Au service ou je travaillais  il y avait une fille handicapée(elle mélangeait travail et récréation),par exemple elle se mettait dans le dos d'un employé et se laissait basculer sur le dossier,la seule manière
d'éviter qu'elle ne tombe était de passer les bras en arrière de la tenir par la taille et lui intimer l'ordre de se relever.....
Cette pauvre fille se maria avec un  jeune homme handicapé comme elle.Un matin elle vint me dire
Monsieur Daniel je ne comprend pas hier soir on s'est couchés tous deux et on s'est réveillé à trois le
lendemain matin,Je lui dis" vous avez fait un enfant" elle répond"non c'était un copain de mon mari qui était couché dans notre lit".......
Le soir je la surveillais et voyant son mari qui l'attendait je sortis lui parler en insistant sur le fait qu'étant mariés ils ne devait pas laisser un"copain" coucher avec eux.......

Mai 1968
Presque toute la France était en grève cela a commencé par les grandes entreprises dont les banques
puis le mouvement s'est étendu touchant les petites entreprises,pour me rendre au travail pas de bus
ni métro,ayant appris qu'il était possible d’obtenir un acompte,mais pour l'obtenir il fallait de rendre
à son lieu de travail,(je devais prendre le bus puis le métro ensuite un train et un autocar pour m'y
rendre)je pris donc mon courage afin d'y aller à pied,téléphonant toutes les demi heures au bureau
je suis à.....,ne laissez pas le caissier partir.L'aller retour me prit la journée,à mon arrivée à mon domicile mon épouse me dit "peux tu apporter de l'argent à ma mère qui n'a plus rien" je répondis
"pour aller à Rueil Malmaison et retour il m'a fallu la journée,elle ne peut attendre demain,?de toute façon il est 20h30 et tous les commerces sont fermés"..........
Mon épouse ayant insisté je repartis afin de porter un peu d'argent à"la reine mère",je devrais dire
l'emmerdeuse car pour y aller en temps normal il faut prendre l'autobus puis le métro puis même
trajet pour regagner mon domicile..........
Depuis de nouvelles grèves ont eu lieu mais les grandes entreprises étant délocalisées ces grands mouvements n'étaient plus possibles.........
                                          
Dans les années 60 je toussais et étais fatigué,je fis venir le médecin,celui ci m'ausculta et me dit"il y a longtemps que vous n'avez pas eu d'examens sanguins"dès réception des résultats  je me rend au cabinet de mon médecin,celui ci consulta les résultats et me  remit une lettre pour le service d'un professeur spécialiste des problèmes sanguins qui exerçait à l’hôpital B......
Je me rendis à l’hôpital à8h,on me fit une prise de sang et attendis jusqu'à 11h30 que l'on m'appelle le médecin hospitalier m'ausculta,me demanda quelles maladies infantiles j'avais eu.Je lui dis" aucune ma Mère me disais toujours"tout gamin tu jouais avec Denis A.. qui avait la coqueluche et tu l'a pas attrapée" l'interne me dit de revenir le lendemain à 8h,cela dura 15 jours,avec prise de sang chaque jour.L'infirmière en chef me dit" Daniel je te  conseille l'hospitalisation de jour tu verras le professeur B"et tu auras un petit déjeuner après la prise de sang" ce que j'acceptais,un matin 2 infirmiers vinrent
dans la chambre,me firent ôter chemise et maillot de corps et me demandent de m'allonger en vue de prises de sang à droite et gauche,à un moment celui qui de prélevait à gauche demanda à celui de droite si de son coté ça coulait toujours car à gauche c'était arrêté...ça m'a paniqué,leur disant d’arrêter...Quelques jours après ce fut un prélèvement dans le sternum,l'homme posa sa seringue sur
la poitrine et leva la main droite je lui dis"attention je ne suis pas gros"il me répond "j'ai l'habitude"et
il frappa sur la seringue,c'est assez douloureux mais supportable.........
Huit jours après l'infirmière en chef me dit "Daniel on te retient tout le personnel du service a eu droit
à une injection de ton sang résultat tes globules sont plus résistants que les nôtres.....
Peu de temps après à mon arrivée elle me dit le Professeur B.. va passer te voir,le professeur entra
 dans la chambre accompagné d'une dizaine de médecin,il leur remit 1 exemplaire des résultats d'analyses puis leur demanda"quelle est l'affection dont souffre ce patient?"
 Chacun donna le nom de ladite maladie.....je devais changer de couleur à l’énoncé,le Professeur me tapa sur l'épaule et nous dit "on ne sait ce que c'est, vos globules sont plus résistant que les nôtres,on va appeler cela"ovalocitose",signalez le si devez subir d'autres prises de sang" sur ce il me serre la main et quitte la chambre ....
Depuis je signale ces"anomalies" lorsque je me rends chez un médecin,il y en eut un qui me prescrivit
une analyse sanguine,chose que je refuse et ne m'en porte que mieux...........

Grand retour dans  le temps,avec mes parents lorsque nous étions à l'Aber Wrac'h il nous arrivait d'aller piqueniquer à Fort Cézon,un jour nous y étions, je partis chercher des crabes.Arrivé devant un gros rocher avec à la base un grand trou,je me dis c'est un crabe ou un congre,après un moment voyant la mer qui montait je glisse mon bras dans le trou,et sentis une pince qui serra  fortement,
malgré la douleur je décidais de refermer la main et serrant fortement retirais la main  j'aperçois 
un gros crabe,il me faisait mal mais j'étais si content que je ne sentais plus les douleurs........


Depuis mon retour en Bretagne je désirais pêcher le long de l'Aber,et surprise: l'accès depuis la fin de l'Aber jusqu'au moine  indiquant  le chenal menant au port de l'Aber Wrach sont remplis de viviers,ce spectacle me désola,finie la traversée de l'Aber pour rejoindre fort Cezon comme une fois  ou,pressé de pêcher je traversais dans la vase jusqu'à ce que enfoncé jusqu'aux genoux je  croyais ma dernière
heure venue,je  fus délivré par un homme qui passait sur la grève et ramassant une grande planche me délivra et me sermonna....

A présent c'est devenu un élevage d'huitres,terminé la pêche aux crevettes autour du moine quant au port de l'Aber Wrach' ce ne sont plus les bateaux de pêche,mais des bateaux de plaisance.........

Grand retour en arrière:Paris
Je ne puis oublier ma Grand Mère maternelle grâce à qui j'ai du ma réussite tant à l'école que pour mes emplois:lorsque gamin je rentrais de l'école et lui rendais visite,je la trouvais faisant des crêpes
ou de la bouillie de blé noir  ou d'avoine,je m'asseyais dans un fauteuil et lisais à haute voix des livres tels"le filleul de la Perouse"de la bibliothèque verte, elle me demandait "que signifie ce mot et comment est-il écrit?" je l' épelais et elle me corrigeait si je faisais des fautes d’orthographe et  lorsque j'ignorais la signification du mot elle me l'expliquait.....

Tous les jours passait un  abbé qui rendait visite aux malades hospitalisés à l’hôpital Bichat s’arrêtait toujours chez ma grand mère ,c'était un brave homme avec toujours des bonbons dans ses poches....je prenais plaisir à dire"quand allez vous vous marier"ils riaient. 

 


 



















 

samedi 28 septembre 2013

retour au pays

grand retour en arrière
Un jour en 1945 à Lannilis quelqu'un frappe à la porte,j'ouvre et un homme tenant dans chaque main une voiture en bois me dit"je suis ton père,ta mère est-elle là?" j’appelle ma mère,laquelle voyant l'homme se met à pleurer,ignorant qu'on peut pleurer de joie je m’étonnais de la réaction et ma mère
me dit"excuse moi,c'est la joie de revoir ton père".........

A Lannilis, au cimetière,avec les armes anciennes (tank,mitrailleuses) je jouais avec mon cousin à
ce que nous appelions(petite guerre) ...........

Un jour dans le bois de kerouarz j'étais monté en haut d'un arbre,en descendant je chutais,et restais
accroché à une branche par la cuisse(j'en ais gardé une grande et large cicatrice encore visible....)

Des années plus tard nous étions en vacances à l'Aber-Wrach je décidais d'aller à fort cezon,voulant
prendre un raccourci,"je m'engage dans la vasière",et à mi chemin, restais enlisé jusqu'aux genoux... heureusement un homme qui marchait le long de la plage me cria"ne bouge pas", prit une planche qui
trainait et vint me délivrer(je me croyais perdu dans cette vasière .......)

Depuis lorsque je passe à cet endroit je me revois "perdu" dans ce lieu,il est des souvenirs que nous
ne pouvons oublier..............





lundi 26 août 2013

la penfeld

                                                         la penfeld
 Loin de la ville et ses voitures
 Il est des lieux en pleine nature
 Ce sont les rives de la penfeld
 Là vous direz"la vie est belle"
 Vous respirerez un air plus pur
 Et marcherez à votre allure
 Suivant les berges de la rivière
 A l'ombre d'arbres centenaires
 Vous oublierez tous vos tourments
 Ne vivez que pour le présent

vendredi 16 août 2013

huelgoat

          Huelgoat
 Pour une belle journée
A Huelgoat vous irez
Suivez le sentier des amoureux
Vous y serez heureux
Dans ce chaos granitique
Voyez ces décors magnifiques
De la mare aux fées
A celle des sangliers

Vous quitterez ces lieux
Des images plein les yeux

mardi 13 août 2013

                                           La plie et la mouette

                                          Piégée par la marée
                                         Une petite plie nageait
                                         Dans une mare d'eau salée,
                                         Une mouette qui volait
                                         Se dit"voilà un bon repas"
                                         Hélas la plie accepta le combat
                                         Se débattant tant dans le bec
                                         Que la mouette la relâcha
                                         C'est assis sur un banc bien au sec
                                         Que j'assistais au pugilat

vendredi 9 août 2013

souvenirs

J'avais 12 ans,nous étions en vacances à L'Aber Wrac'h la location était située près du sémaphore dans la location voisine de la notre vivait une famille de 3 enfants,le soir les parents discutaient assis sur l'herbe et nous nous amusions à essayer d'attraper une chauve-souris et n'en avons attrapé aucune.

Un jour j'aperçus un corbeau apparemment blessé,le pris,et ôtais les planches; qui cachaient la cheminée,et mis l'oiseau dedans.Le lendemain ma mère en colère nous dit qu'elle n'avait pas dormi de la nuit du fait du bruit venant de la pièce principale,mon père chercha partout,ôta les planches de la cheminée,le corbeau sortit en criant,ma mère nous demanda qui avait fait cette bêtise,je me dénonçais,ce qui me valut une belle claque sur les fesses(je dois préciser qu'a cette époque le premier pantalon ne nous était acheté qu'à la communion)

 Ma jeunesse en Bretagne j'y repense souvent,tant les belles journées que les mauvaises,à propos de ces dernières la pire fut passer la nuit dans la chambre pour veiller une tante décédée,c'était la coutume......

Pour les belles c'est surtout le temps des moissons,à l'époque tout le monde paysan était à la ferme afin de moissonner le blé,le soir nous étions tous réunis pour le repas préparé par les femmes,nous autres gamins et filles jouions et dansions avec les adultes pour fêter la fin de la moisson...


Le lendemain c'était le tour de la ferme suivante,ainsi de suite jusqu'à ce que toutes les fermes aient récolté le blé ou l'avoine,c'était vraiment la fête,de plus dans les blés poussaient coquelicots,bleuets et ces plantes que l'on appelait des trembleuses car elles bougeaient au moindre vent...maintenant chacun s'occupe de ses champs sans aider les voisins.........

 Cette année lors d'une ballade,de loin;j'ai vu ce que je pensais être un champ de blé,j'ai cueilli un épis,je suis déçu,ce doit être du transgénique pas la même forme que celui d'antan,de plus aucune fleur dans le champ(bleuets,coquelicots...)